Nouvelle

Festival Phénomena 2016: une 5e édition phénoménale

Jeudi 10 novembre 2016
7631

La 5e édition du Festival Phénomena fut exceptionnelle. Grâce à des artistes extraordinaires, originaux, dédiés, des collaborateurs inventifs et compétents et des bénévoles généreux et disponibles, nous avons pu offrir à nos (nombreux parfois TRÈS nombreux) spectateurs des performances inclassables, hors-normes et de très grande qualité. C’était vraiment un point tournant pour Phénomena qui a trouvé son identité et clarifié son mandat. D. Kimm, la directrice artistique, tient à remercier tous ceux et celles qui ont permis cette rapide évolution.

Les spectateurs présents lors de la performance forte, belle, intelligente et dérangeante d’Olivier de Sagazan avec sa Transfiguration ont vécu un événement exceptionnel voir inoubliable. Mais Il y a eu plein d’autres moments mémorables et je vous cite en vrac:

  • Les Yeux de Céline Bonnier et de Nathalie Claude et l’hilarant duo Stéphane (Crête ) et Nathalie au Cabaret DadaMomentum;
  • Les regards éblouis des enfants dans le stationnement de La Sala Rossa avec les folles femmes de Cirquantique;
  • Les trémoussements du déjanté Jean-Paul Daoust et la performance passionnée de Chloé Sainte-Marie et «sa» chorale lors du Dandy américain;
  • Le touchant Jordan Arsenault au milieu de ses projections dans Serocene;
  • La troublante danse du musicien Bernard Falaise dans L’Accumulateur;
  • Le costume d’oreillers spectaculaire d’Éric Forget et la danse émouvante avec sa narcoleptique maman dans Narcolepsie;
  • Le poème russe de Nika Stein dans Voda-Eau-Water et l’énergie contagieuse de la joyeuse bande de Julie Houle dans DJU;
  • La lumineuse Moe Clark et la danse rituelle du public en délire en finale de Feast of the Invisible;
  • Le charisme de Marie Davidson mis en lumière par les projections de John Londono et HUB Studio / Gonzalo Soldi dans Bullshit Threshold.

Et nous pouvons encore une fois compter sur l’immense talent de notre fidèle collaboratrice, la photographe Caroline Hayeur, qui a immortalisé en photos l’ensemble du festival.